Depuis le départ de FONTEMARIE, plus aucune balise ne communique la moindre position.

S'agissant des balises ARGOS à panneaux solaire, cela n'a rien de surprenant, car il ne reste plus, a priori, que celle de FONTEMARIE qui soit en service (posée en 2016). Et à cette période de l'année, les émissions sont toujours rares. Espérons que FONTEMARIE bouclera sa troisième migration d'automne et qu'elle donnera de ses nouvelles à la fin de l'hiver 2018/2019.

En revanche, s'agissant des nouvelles balises GPS/ARGOS alimentées par batteries et posées au printemps 2018, leur extinction est plus précoce que prévu. La programmation avait justement été calculée pour économiser les batteries pendant l'été. Il est probable que les données du constructeur étaient trop optimistes. Peut-être aussi la prédation des bécasses équipées a-t-elle été supérieure à la moyenne. Ou encore certaines balises ont pu être perdues par les bécasses. Qui sait?

Pour autant, le groupe de travail CNB/ONCFS qui suit ces balises ne baisse pas les bras. En effet, les tests menés actuellement sur ce type de balise montrent qu'elles peuvent émettre en automne avec la régularité espérée. Autrement dit, des balises qui seraient posées à la fin de l'été dans les pays de l'est pourraient nous procurer en 2019 des émissions régulières en migration postnuptiale. C'est ce que nous cherchons à obtenir depuis le début de la campagne de pose.

C'est la raison pour laquelle la piste retenue pour la suite des opérations est d'acheter de nouveau ce type de balise, et de chercher à obtenir les autorisations pour poser ces balises à la fin de l'été/ début de l'automne dans des pays situés à l'est et non plus de les poser au printemps en France. C'était d'ailleurs ce que l'équipe ONCFS/CNB voulait faire en Russie en 2014, mais ceci avait été impossible, faute d'obtenir l'accord de ce pays.

A suivre.